Juliette Armanet – L’indien

1060x800

C’est à Lille que Juliette Armanet voit le jour avant de grandir en banlieue parisienne. Passionnée de piano comme ses parents, elle écoute énormément de musique et passe elle-même derrière l’instrument, étudiant le piano classique avant d’abandonner à l’âge de onze ans, ce qu’elle avouera par la suite regretter. Mais l’adolescence lui permet de découvrir les albums de Véronique Sanson, William Sheller, Alain Bashung, Barbara ou encore Alain Souchon. Le déclic s’opère et la jeune fille décide bientôt de composer ses propres chansons. Mêlant la chanson à l’electro, elle se fait remarquer dès l’année 2014, alors qu’elle a entre-temps embrassé la carrière de journaliste, avec un premier morceau qui attire rapidement l’attention des professionnels, « L’Amour en solitaire ». Logiquement, un EP de quatre titres suit en 2014, intitulé Cavalier Seule, précédant l’album Petite amie qui sort en avril 2017. (Olivier Roubin)

Publicités

Pomme – Sans toi

« Grandir, c’est décevoir un peu » chante Pomme dans “Comme si j’y croyais”. Pourtant, elle fait exactement le contraire. Plus elle grandit (et elle n’a que 22 ans), plus elle enchante, surprend, et surtout n’en fait qu’à sa tête.
Après “En cavale”, un premier EP remarquable paru il y a deux ans, elle part seule sur les routes et par les trains, sa guitare et son auto harpe sous le bras, pour partager ses chansons, crânement, tel un elfe à la personnalité déjà mature.
C’est ainsi sur une centaine de dates, quelques-unes en tête d’affiche, la plupart en lever de rideau parfois dans des Zénith bondés (pour Vianney, Louane, Olivia Ruiz, Cœur de Pirate, Benjamin Biolay, Yael Naim…) que sa candeur et sa détermination conquièrent peu à peu ce public venu applaudir les chanteurs populaires.
Au bout de ce marathon modeste, et avant d’en reprendre un nouveau, Pomme enregistre son album, “À peu près”, en binôme avec un duo de réalisateurs, Benjamin “Waxx” Hékimian et Matthieu Joly.

pomme

Elle travaille sur un catalogue de chansons écrites par elle ou pour elle, auquel s’ajoute une exception, “A Lonely One”, signée Don Cavalli, dont les mots en anglais qui ne racontent cette fois pas l’amour auront eu raison d’elle.
Avec ses complices, elle réfléchit, teste, et trouve des arrangements qui vont de l’épique au dépouillé, prouvant qu’une appartenance folk n’empêche pas de surfer sur la pop avec aisance. Elle joue de ses trois instruments (guitare, violoncelle, auto-harpe), donne de l’espace au territoire supposé confiné de l’acoustique (en posant un basson sur “Ceux qui rêvent”, par exemple) et assume de ne rentrer dans aucune une case. Ni celle du post-folk chlorotique. Ni celle d’une pop contemporaine rigidifiée par ses gimmicks dance.
Mais ce que l’on retiendra et qui transcende “À peu près”, c’est la voix de Pomme : étonnamment mature, nuancée, chaude et sensuelle. De cet organe rare, elle caresse des mots simples pour faire du quotidien une poésie touchante. Si elle chante aussi l’insomnie, ou des sentiments parallèles, l’amour est l’ingrédient majeur d’un album vitrine des tourments du cœur et des sens. (universalmusic.fr)

Grand Blanc – Belleville

Grand Blanc est un groupe français de rock électro et d’électro punk.
Camille Delvecchio et Luc Wagner se sont connus en classe de sixième à horaires aménagés musique et jouent ensemble depuis cette époque. Camille Delvecchio joue alors de la harpe et de la contrebasse et a poursuivi un cursus de plus de 10 ans au conservatoire. Elle est diplômée d’un Master de musicologie et gestion culturelle. Luc Wagner a également intégré le conservatoire et est diplômé d’une école d’ingénieurs du son. De son côté, Benoît David, initié à la guitare par son oncle, commence à composer à l’âge de 21 ans après avoir quitté sa classe préparatoire pour une faculté parisienne, la Sorbonne, où il entame des études littéraires qui le mèneront en Master de littérature à l’EHESS.

grand-blanc-2

Tous trois originaires de Metz, ils sont arrivés séparément à Paris entre 2007 et 20109. En 2012, ils effectuent leur premier concert dans le cadre d’un tremplin organisé à Metz au Trinitaires. Le trio s’enferme trois semaines pour préparer son concert. Rejoints ensuite par le francilien Vincent Corbel, alias Korben (guitare basse), également ingénieur du son, le groupe, formé à Paris, fait ses débuts sur les scènes de Metz.
Repéré par les Inouïs du Printemps de Bourges lors de l’édition 2014 du festival, Grand Blanc sort un premier EP le 22 septembre 2014 comportant quatre titres. Le groupe se produit ensuite lors d’un concert remarqué aux Transmusicales de Rennes en décembre 2014.
Un second EP intitulé Montparnasse est dévoilé en 2015.
Le 19 février 2016, le groupe sort son premier album intitulé Mémoires vives sur le label Enterprise et part en tournée. Grand Blanc participe, le 31 mars 2016, en compagnie de Flavien Berger, à la date rouennaise de la tournée Fair : le tour, organisée par le FAIR. Le groupe se produit ensuite sur la scène de l’industrie du festival Rock en Seine en août 2016.
Le groupe enregistre, en 2017, un second album dont la musique va plus à l’essentiel selon Benoît David.
A partir d’avril 2018 le groupe fera la première partie des concerts d’Indochine lors de la tournée de l’album 13, 13 tour.
Le même mois, Grand Blanc sortent Belleville, un nouveau titre accompagné d’un clip réalisé par Ludovic Azémar, réalisateur fétiche de la scène skate, qui investit avec candeur les rues de la capitale. (fr.wikipedia.org)

Thousand – La vie de mes sœurs

Trois ans après son album éponyme, Thousand (aka Stéphane Milochevitch) revient avec une musique au plus près de l’âme et de singuliers textes en français. Le tunnel végétal, où il a puisé son inspiration, est un couloir du temps, un lieu de matérialisation du fantasme, cher à Tarkovski ou Bioy Casares. Un opus où se croisent images crues, franchise désarmante et humour au vitriol.

Le tunnel végétal recèle de méandres, de boucles, de ‘chansons-mondes’ qui conduisent l’auditeur, sous différents éclairages, à la frontière mouvante du songe et de la réalité. Thousand revisite et déconstruit les formats pop, offrant des compositions, addictives et malicieuses, aux structures parfois extravagantes. Un album dont le sens se déploie au fil de textes kaléidoscopiques et de plages d’improvisation.

thousand

Thousand est le projet de Stéphane Milochevitch. Passant le début de son adolescence au Texas, il y forge son identité musicale, culturelle et linguistique. Batteur dès l’âge de sept ans, il se tourne ensuite vers divers instruments qu’il s’approprie en autodidacte. Un premier album de folk brut en 2008 dévoile un artiste dont la sincérité et l’authenticité séduisent la critique et ses pairs. Si son activité s’étend aux arts plastiques (dessins, conceptions de pochettes, affiches, T-Shirts, …), la musique demeure le mode d’expression privilégié de Stéphane. (talitres.com)

A écouter sur Culthurethèque:
Le tunnel végétal/interprété par Thousand. – 2018, Talitres – Lien

 

Mademoiselle K – Sous les brûlures

Pourquoi Mademoiselle K? « Parce que les kiwis, les kilomètres, Katerine avec un K sur la pièce d’identité, les kilowatts et les kasse-tête; mademoiselle parce que j’aime pas madame, ça fait vieille, mariée, rangée, distinguée. »

Du classique au rock, il y a un très grand pas mais Mademoiselle K l’a franchi. Après le conservatoire, une rencontre déterminante avec un professeur de lycée et des études en musicologie, Mademoiselle K décide de mettre ses textes en musique et de les porter à la scène. Entre volupté et rock’n’roll attitude, l’artiste joue vrai. Elle livre son vécu, qu’elle teinte d’une pointe d’ironie, sans l’embellir. Évidente et étrange, limpide et complexe, dans l’aisance et l’introversion: voici venu l’oxymore du rock. Tantôt calme, tantôt énervée, il y a dans sa voix, mouvante, quelque chose d’émouvant, qui se réclame de la chanson française comme du rock. Elle aime porter son texte loin, aussi loin que possible.

mk

Des sons pas propres, des aspérités séduisantes, sur scène on la sent énergique et enflammée. Elle crie, elle murmure, elle rugit, elle chante. «Approche, n’aie pas peur, tu risques tout sauf la tiédeur». Mademoiselle K, malgré le titre de son premier opus «Ça me vexe», n’est pas si susceptible que ça. (fnac.com)

Parmi ses multiples influences, elle revendique celle de PJ Harvey. On retrouve ici l’atmosphère oppressante des premiers albums de l’Anglaise mais Mademoiselle K se démarque grâce à sa voix de haute voltige: elle miaule, rugit, hurle, susurre, joue les divas ou les gros bras, en tout cas impressionne par la diversité de ses lignes mélodiques. On est aussi obligé de s’incliner devant la qualité des compositions!

 

Sylvain GirO – Le tigre de Tasmanie

Une vraie originalité, un ton et un artiste comme il en existe peu aujourd’hui. Sylvan GirO a choisi des accompagnements plutôt dénudés pour mettre en valeur son réalisme poétique et des textes puissants qui prennent le pouls de notre époque, parfois dure. Écrites sous forme de lettres, parfois déclamées de manière théâtrale, ses chansons parlent d’écologie, de racisme ou d’injustice. Intimiste ou engagé, avant-gardiste ou héritier d’une chanson française à texte, plus traditionnelle, le chanteur fait passer son message avec beaucoup de force et de talent dans le choix des mots. (Eric Tandy, dans le journal La Vie)

giro

Sylvain GirO fait peau neuve gorgé d’éléments glanés au fil de son parcours, cherche une écriture plus intime, affranchie des codes du chant populaire de tradition orale francophone ; quête d’une chanson qui soit onirique sans être vaporeuse, politique et sociale sans être directement militante. La mélodie l’emporte. Le batteur de grève, premier album, en définit la griffe, affirmée en 2014 par Le Lac d’Eugénie, suite de chansons qui font également l’objet d’un spectacle co-écrit par Nicolas Bonneau, auteur et conteur. (natomusic.fr)
Son nouvel album de lettres-chansons, Les affranchies, est sorti le 15 mars 2018.

Eddy de Pretto – Kid

Eddy-de-PrettoAprès avoir remporté le Prix du Printemps de Bourges en 2017, le jeune Eddy de Pretto apporte un souffle inédit à la nouvelle scène française. Débarqué de Créteil, il cite aussi bien Frank Ocean, Kanye West que Claude Nougaro parmi ses influences. Il défriche des territoires inconnus où les thèmes et les sonorités qu’il emprunte au rap disputent l’espace aux grands noms de la chanson française. Son verbe sans filtre, âpre et sexuel, convoque la nuit, la fête et la drogue sans aucun artifice. Eddy de Pretto, c’est la chanson française qui fait un pas de côté et le rap français qui n’a désormais plus peur d’être sensible, de redevenir conscient. Fort du Prix du Printemps de Bourges puis de la sortie très remarquée de son premier quatre titres (KID, octobre 2017), Eddy a déjà assuré en seulement quelques mois plus d’une cinquantaine de concerts. Ses premiers titres comptabilisent déjà plusieurs millions d’écoutes sur internet, ses trois prochains concerts à La Cigale (Paris) sont complets depuis des semaines, deux Olympia sont déjà annoncés ainsi que sa présence dans la plupart des festivals majeurs de l’été… Cure s’annonce comme le premier album le plus attendu de l’année. (musique.fnac.com)

Feu! Chatterton – La malinche

Emmené par son charismatique chanteur dandy Arthur Teboul, Feu! Chatterton est un quintette parisien qui s’est immédiatement distingué par sa fougue et son élégance. Deux EP et de nombreux concerts (notamment en première partie du collectif Fauve) vont dés 2014 faire de Feu! Chatterton LE groupe de rock français à suivre…
La mort dans la Pinède ou La malinche sont des titres particulièrement emblématiques du groupe, des titres où transpirent leurs influences littéraires et poétiques…On pense à Rimbaud, Lautréamont… Mais Gainsbourg, Bashung ou Léo Ferré ne sont jamais très loin non plus. Ce lyrisme flamboyant est porté par l’énergie sauvage d’un rock incandescent, parfait écrin pour la voix rauque, presque à bout de souffle, d’Arthur, qui lorsqu’il chante semble parfois comme possédé…

feu
Ce sont tous ces ingrédients qui au fur et à mesure des concerts, ont séduit un public de plus en plus large. Un succès et une ascension fulgurante dont le point d’orgue est la sortie en 2015 du premier album de Feu! Chatterton: Ici le jour (a tout enseveli). Un album sur lequel figure entre autres le titre Boeing.
Ce premier album sera suivi d’une longue tournée, de festivals, avant un repos bien mérité, ponctué de quelques exercices de style: hommage à Yves Simon (L’album « Générations eperdue(s) » sortira le 30 mars) ou encore collaboration artistique sur plusieurs titres du dernier album de Bernard Lavilliers. Et puis, silence radio… Jusqu’à la publication fin 2017 de deux nouveaux titres: Souvenir et L’ivresse où affleurent quelques sonorités électro, et qui figureront évidemment sur le nouvel album des Feu! Chatterton.
Enfin, ce 11 janvier Feu! Chatterton déclare: « Pour la rentrée, on fait peau neuve. Ou plutôt plumes. On vous souhaite joli ramage et vous annonce avec une joie fébrile que l’album est fin prêt… »
Cet album c’est L’oiseleur qui sortira le 9 mars chez Barclay…(franceinter.fr)

Le Roi Angus – La wax

Dans l’appartement de Casimir à Genève, perché sur les toits d’un central téléphonique, des concerts sauvages discrètement annoncés se tiennent régulièrement. Entre noise, rock, hip hop, jazz ou électro, il y a parfois une bande de jeunes types psychédéliques qui viennent se produire avec leurs groupes. Tellement jeunes encore qu’on n’ose même pas tout vendre aux soirées. Mais on fait la fête à La Centrale, sur les toits aussi, et on arrête les concerts à l’arrivée de la police.
Casimir flashe le projet, c’est avec ces types que le groupe doit se faire, ce sera Le Roi Angus, une ode mélancolique à la jeunesse sidérante appelée à se perdre dans le temps qui passe. Augustin (batterie), Léonard (guitare), Raphaël (guitare), et Alexis (basse) rejoignent le projet.

roi angus

Le groupe enregistre son premier album dans la foulée à Fribourg, puis va le mixer à San Francisco avec Doug Hilsinger, un pote de la grande famille des John Dwyer (Thee Oh Sees) et autres Sonny Smith (Sonny & The Sunsets).
Les premiers concerts ont lieu à Genève, Los Angeles, San Francisco, Berlin ou Paris, et le groupe est régulièrement invité à ouvrir pour des groupes qu’il apprécie (The Growlers, Unknown Mortal Orchestra, Feu ! Chatterton, Klaus Johann Grobe…).
Au cours d’une année 2016 bien chargée, le groupe enregistre son deuxième album à Istanbul et se produit dans de nombreux clubs et festivals suisses d’importance, notamment au Paléo Festival, livrant des sets tendus et poétiques qui mettent les kids en transe et interpellent les plus âgés.
En français dans le texte, en caleçon dans les trams, en peignoir aux répétitions, au golf sur les aires d’autoroute, le Roi Angus est une grande pause qui n’appelle pas la reprise du travail. (facebook.com)

La Goutte – Nuage à l’envers

Flamenco du port d’Amsterdam… tango des Flandres… quelque part entre la musique de chambre et le rock de garage, La Goutte marche hors des sentiers battus.
« En s’énervant contre le monde à force de trop vouloir l’aimer« , c’est une douce révolte, un grand parfum de liberté que la bande vous invite à partager.
Sans faux-semblants ni simagrées voici un récital à fleur de peau, mais aussi une franche rigolade et il suffit de le découvrir en scène pour s’en apercevoir.

la goutte

Au printemps 2012, La Goutte concrétise avec brio son second projet discographique.
Entre conte moderne et réalité urbaine, « Drôle de monde » porte un regard cherchant dans le quotidien l’empreinte d’une valeur que l’on nomme humanité.
Les six musiciens nous livrent un son parfois plus électrique, où la batterie et les cuivres ont su trouver leur place sans dérober au groupe son identité première, résolument acoustique.
Premières parties : Les Ogres de Barback, Alexis HK, Barcella, Rageous Gratoons, Les Fils de Teuhpu, Debout sur le Zinc, Mon Côté Punk, As de Trèfle, Loic Lantoine. (facebook.com)
10 ans d’existence et 2 albums au compteurs, le groupe La Goutte vient d’enregistrer douze nouvelles chansons pour occuper l’espace d’un troisième opus en cette rentrée de janvier 2018. Pop mélancolie, Chanson douce-amer, Folk tendre, les genres et les adjectifs ne manquent pour décrire la musique originale et mélodique de ce groupe originaire de Lille. (lamagicbox.com)