Pomme – Sans toi

« Grandir, c’est décevoir un peu » chante Pomme dans “Comme si j’y croyais”. Pourtant, elle fait exactement le contraire. Plus elle grandit (et elle n’a que 22 ans), plus elle enchante, surprend, et surtout n’en fait qu’à sa tête.
Après “En cavale”, un premier EP remarquable paru il y a deux ans, elle part seule sur les routes et par les trains, sa guitare et son auto harpe sous le bras, pour partager ses chansons, crânement, tel un elfe à la personnalité déjà mature.
C’est ainsi sur une centaine de dates, quelques-unes en tête d’affiche, la plupart en lever de rideau parfois dans des Zénith bondés (pour Vianney, Louane, Olivia Ruiz, Cœur de Pirate, Benjamin Biolay, Yael Naim…) que sa candeur et sa détermination conquièrent peu à peu ce public venu applaudir les chanteurs populaires.
Au bout de ce marathon modeste, et avant d’en reprendre un nouveau, Pomme enregistre son album, “À peu près”, en binôme avec un duo de réalisateurs, Benjamin “Waxx” Hékimian et Matthieu Joly.

pomme

Elle travaille sur un catalogue de chansons écrites par elle ou pour elle, auquel s’ajoute une exception, “A Lonely One”, signée Don Cavalli, dont les mots en anglais qui ne racontent cette fois pas l’amour auront eu raison d’elle.
Avec ses complices, elle réfléchit, teste, et trouve des arrangements qui vont de l’épique au dépouillé, prouvant qu’une appartenance folk n’empêche pas de surfer sur la pop avec aisance. Elle joue de ses trois instruments (guitare, violoncelle, auto-harpe), donne de l’espace au territoire supposé confiné de l’acoustique (en posant un basson sur “Ceux qui rêvent”, par exemple) et assume de ne rentrer dans aucune une case. Ni celle du post-folk chlorotique. Ni celle d’une pop contemporaine rigidifiée par ses gimmicks dance.
Mais ce que l’on retiendra et qui transcende “À peu près”, c’est la voix de Pomme : étonnamment mature, nuancée, chaude et sensuelle. De cet organe rare, elle caresse des mots simples pour faire du quotidien une poésie touchante. Si elle chante aussi l’insomnie, ou des sentiments parallèles, l’amour est l’ingrédient majeur d’un album vitrine des tourments du cœur et des sens. (universalmusic.fr)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s