Joseph d’Anvers se surexpose

Joseph D’Anvers a grandi à Nevers; avant de s’intéresser à la musique, il s’est passionné pour le cinéma, et avant cela, il a assidûment fréquenté les terrains de foot et les salles de boxe. Le nom de ses premiers groupes, Polagirl, Super 8, reflète son intérêt pour l’image. La découverte d’une vieille console d’enregistrement dans les sous-sols de l’école le décide en effet à aménager un studio où il passera le plus clair de son temps, à composer des BO pour ses camarades de promotion.

En parallèle mûrit un projet plus personnel, libéré du cadre du groupe. Il commence à démarcher les labels, tout en travaillant sur des tournages de pubs, de documentaires et de longs-métrages. C’est à ce moment qu’il devient Joseph D’Anvers – un clin d’œil à la station de métro près de laquelle il habite -, afin de cloisonner ses activités de chef op’ et de musicien.

anversS’en suit une signature chez Atmosphériques et un premier album, Les Choses en face, en 2006, réalisé par Jean-Louis Piérot, connu pour ses collaborations avec Bashung et Daho. On y croise déjà Miossec, qui mêle sa plume à celle de Joseph sur « La vie est une putain ».

Pour corriger l’orientation « chanson française » de son premier disque, Joseph opère un retour aux sources, à savoir, le rock et le hip hop avec lesquels il a grandis. Le producteur des Beastie Boys, Mario Caldato Jr., est chargé de mettre ses envies en son. Les Jours sauvages est enregistré entre Rio de Janeiro et Los Angeles, avec la participation de Money Mark, autre collaborateur des Beastie Boys, qui interprète l’envoûtant « Kids », en duo avec Joseph. L’album est encensé par la critique. Le jury du Prix Constantin tombe aussi sous le charme et le sélectionne pour son édition 2008.

Le troisième opus, Rouge fer, qu’il réalise lui-même, marque une nouvelle étape. Davantage « chanté », parfois en anglais, il confirme l’approche originale de Joseph, tout en rythmiques ondulantes, guitares obsédantes et arrangements subtils.
Rouge fer reçoit le Prix de la Création musicale 2012, catégorie « Jeune auteur », tandis que le récipiendaire, dans la catégorie « Auteur », s’appelle Miossec.

Arrivé au terme de sa collaboration avec Atmosphériques, Joseph produit son quatrième album, Les matins blancs, avec la complicité d’AIM Production, du mécène Antoine Broquereau et du service culturel de la ville de Nevers. Une partie du budget est réunie via KissKissBankBank. Avec une participation de plus de deux-cent-cinquante internautes, le projet est à ce jour le plus rentable du site. Le label At(h)ome entre ensuite en piste, et le tourneur Far Prod, pour les concerts à venir.
La suite au prochain épisode… (josephdanvers.com)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s