La Vérité de François and the Atlas Mountains

C’est tout en douceur, celle de sa voix, que Frànçois & the Atlas Mountains a imposé son style, celui d’une pop candide et enjôleuse, sur les albums Plaine Inondable paru en 2009 et E Volo Love en 2011, sans vouloir remonter aux balbutiements du Français exilé à Bristol. L’histoire de ce groupe signé par le label anglais Domino Records prend un nouveau tour avec cet album s’avérant son plus abouti, sans perdre une once de son mystère.francoistheatlas
Car, à partir du moment où l’on cherche à lui coller une étiquette, Frànçois & the Atlas Mountains se fait un malin plaisir à y échapper, réduisant les chasseurs de papillons sonores à d’impuissantes définitions ou à une terminologie parapluie du type pop indépendante. Ce dont Piano ombre constitue un bel exemple, à l’instar du morceau d’ouverture, « Bois », passant d’un minimalisme pastoral à un rock lancinant pour se terminer en chorus jazz sous un solo de saxophone fiévreux.
La partie de cache-cache à l’ombre des bois dont on fait les pianos – en guise de thématique globale – se poursuit dans l’electro pop guillerette avec le tube potentiel « La Vérité » et la ballade acoustique « La Fille aux cheveux de soie », après un exotique « The Way to the Forest », rebondissant sur une rythmique sautillante. Les rythmes africains qui fascinent François Marry comptent parmi les ingrédients du magique « Summer of the Heart » et de « La Vie dure », autre réussite à la mélodie maniaque, ce qui commence à faire beaucoup pour un seul album.
Avec la même candeur, le quatuor charentais débotte sa plus belle pop cristalline, assortie d’un gimmick amusant, sur « Réveil inconnu » tandis que « Piano Ombre » délaisse les climats étranges et transcendants pour une simple et profonde mélancolie. Reparti pour une expédition tribale et électronique dans « Fancy Foresight », le défricheur en chef allège son paquetage sur un « Bien sûr » aérien, non sans brouiller les pistes derrière lui.
Lors de ses pérégrinations forestières, Frànçois & the Atlas Mountains serait-il tombé sur la pierre de touche ? C’est ce qui appert à l’écoute de ces dix chansons bilingues imparables et inspirées, faisant de Piano Ombre un recueil attachant et de Frànçois & the Atlas Mountains, une adresse incontournable. – (Copyright 2016 Music Story )

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s