Le clip du vendredi tient « le fil du jour »

A 25 ans, auteur compositeur et interprète, Jérémie Kisling enregistre un premier album avec ses économies. Ambiance rétro, petites histoires intimes et oniriques qui lui valent les critiques renversantes (gratifié d’un 4-clés par Télérama) de la presse francophone et lui ouvrent les portes de la scène live en Suisse et bientôt lui font signer chez un label français prestigieux, Naïve. Il sort dans la foulée un deuxième album, «Le ours», album concept où Jérémie Kisling raconte les maladresses et les émotions humaines à travers des chansons-fables animalières.  En 2009, il sort «Antimatière», un disque étonnamment sombre. L’auteur de «Je guide tes pas» est dérouté par les sirènes d’internet et les chimères de la télé-réalité. Il ne comprend pas cette démystification brutale du travail de l’artiste, cette pseudo-facilité affichée – et fausse – du métier de chanteur, cette consommation effrénée de musique, mais sans réel appétit, sans réel plaisir, si ce n’est celui du tout gratuit.

jérémie kisling

Aujourd’hui, alors qu’il est installé depuis deux ans à Paris, Jérémie Kisling sort un nouvel album, apaisé et lumineux. Ce quatrième opus est composé de belles mélodies folk, d’impeccables ritournelles et d’arrangements organiques, rempli de questions existentielles. Dans les chansons de Kisling, la mélancolie tend la main au rire, les rêves embrassent le quotidien sur les deux joues, le chagrin prend bien soin de ramasser les petits cailloux qu’a laissés l’amour derrière lui.
Pour ce nouvel opus résolument folk, plus lumineux et impulsif qu’«Antimatière», Jérémie Kisling a enregistré un album sans aucun instrument électronique, ni clavier, ni programmation rythmique. L’album regorge de guitares folk et électriques, de piano acoustique, de cuivres, de batterie et contrebasse. Il a choisi pour la réalisation Alain Cluzeau, véritable mythe français, installé dans les studios d’enregistrement Acousti depuis 1963, en plein coeur de Saint-Germain-des-Prés. Cet album contient un duo avec Jeanne Cherhal, une proche de Kisling depuis 10 ans : «Le fil du jour», magnifique ode au quotidien du couple. (www.jeremiekisling.net)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s